Grisolles, 11 novembre 2014

 

« Grisolles, le 11 novembre 2014 »

Pauline et Mathilde

Julien Galeau, président du Conseil Municipal des jeunes lit la lettre d’un poilu

Depuis maintenant un an le centenaire de 14-18 mêle mémoires familiales et nationales c'est un témoignage des réalités de la guerres de sa brutalité de son humaniste et de son caractère mondial. Aussi cette journée a été dédiée à la fraternité entre les peuples et à la paix.Cette année nous célébrons le 96ème anniversaire de l'armistice.La France se souvient de la terribles souffrance endurée par les combattants engagés dans ce conflit appelé la Grande Guerre. En ce jour on rend hommage à tous ces valeureux soldats :

 

A 11 h51 : le maire commence la cérémonie et s’excuse tout d’abord du retard car les musiciens étaient à 11h en cérémonie commémorative à Ondes. Le maire lit un texte de Jean Jaurès qu'il a écrit à Lyon 8 jours avant le début de la guerre, face à lui se trouvent alignés des sapeurs-pompiers, des gendarmes et à côté quatre anciens combattants qui portent le drapeau tricolore. Les musiciens font jouer leurs instruments. M. Rigoni prend la parole.

 

Il dirige ensuite la dépose des gerbes : une du conseil municipal, une des anciens combattants, une de l’amicale laïque, une du centre d’incendie et de secours et enfin une du collège Jean Lacaze portée par des collégiens accompagnés de M.Nabias, le principal du collège.

 

Une minute de silence est observée, les anciens combattants portant les drapeaux les lèvent, les cloches sonnent 12h.

Monsieur le Maire prend la parole

Les instruments jouent à nouveau. Les autorités saluent les porteurs de drapeaux. Le maire remercie les personnes présentes.

 

Les enfants de l’école primaire des classes de CM1-CM2 de Grisolles chantent la Marseillaise. Ils chantent ensuite une chanson de Jean-Jacques Goldman , ils n'osaient pas chanter très fort sans doute intimider par la foule présente , c'est pas évident de chanter en public.

 

Nous avons donc ensuite interviewé monsieur le maire sur son ressenti sur cette célébration du 11 novembre :

 

« Je prends à cœur tout cela parce que en fait c'est un devoir de mémoire, parce que comme je vous l'ai dit tout à l'heure il y a eu beaucoup de morts. 14-18 a quand même été une forte guerre pour la France. Mon grand-père lui, a fait la guerre à Verdun sur Meuse, il n'en parlait pas parce que c’était une catastrophe avec que de mauvais souvenirs malgré la victoire . Mais cette guerre est aussi horrible parce qu'elle a séparé les familles, des hommes que l'on venait chercher pour les envoyer a la guerre, ils n'avaient pas le choix. Donc c'est un devoir de mémoire de la République et surtout pour vous les jeunes pour ne pas oublier, pour que vous sachiez ce qui s'est passé, mais vraiment pour ne pas que cela se perde ».

 

La cérémonie se termine par un moment convivial près du musée Calbet.

11 novembre, souvenir d'autrefois

Copyright © All Rights Reserved ®™ 2014